Manhajulhaqq.com

Accueil > Jurisprudence > Médecine Prophétique > Les causes et les effets réels du mauvais oeil

Les causes et les effets réels du mauvais oeil

Ibn al-Qayyîm al-Djawziyyah (rahimahullâh)

dimanche 16 janvier 2005, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Pas de licence spécifique (droits par défaut)

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Le mauvais oeil se présente sous deux formes :

1] Le mauvais oeil d’un humain

2] Le mauvais oeil des Djinns

Oum Salamah a rapporté que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) a vu dans sa maison une jeune servante atteinte d’une tâche brune sur le visage. Il dit : « Exorcisez-là, car elle est frappée d’un mauvais oeil. » [1]

Al-Houssain Ibn Mass’oûd al-Farrâ a expliqué sur la « tâche brune » [de cette servante] que ce qui est entendu par cela, c’est que cela provient des Djinns. Il dit : « Elle est atteinte d’un mauvais oeil provenant des Djinns, qui est plus pénétrant que les pointes des lances. » [2] Il a été cité par Djâbir [un hadîth] remontant jusqu’au Prophète qui dit : « Le mauvais oeil fait entrer l’homme dans la tombe et fait pénétrer le chameau dans la marmite. » [3]

Et d’après Abî Sa’îd, le Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) se réfugiait auprès d’Allâh contre les Djinns et contre le mauvais oeil des humains. [4]

Une catégorie de personnes, celles qui souffrent de lacune d’audition et de raison, ont réfuté la question du mauvais oeil en déclarant : il ne s’agit que d’illusions qui n’ont aucun trait de vérité. Ces gens sont touchés d’ignorance quant à ce qui est lié à l’audition et la raison. La véracité [du mauvais oeil] leur est voilée, elles, dotées d’un caractère primitif, alors que des distances les séparent de la connaissance des âmes et des esprits, de leurs caractéristiques, de leurs actes et de leurs influences. Les gens raisonnables, malgré leurs divergences religieuses et dogmatiques, ne repoussent pas l’affaire du mauvais oeil et ils ne blâment pas cela, bien que des divergences pourraient se déclarer quant à ses causes et effets. Il est une catégorie de personnes qui ont dit : l’âme de celui qui a un mauvais oeil s’adapte à la mauvaise condition. Émanera de son oeil une force venimeuse qui se joint à l’homme atteint de ce [mauvais] oeil, lui causant ainsi du tort.

Une autre catégorie ont dit  : ce fait n’est pas renié, de même que n’est pas reniée l’émanation de la force venimeuse du serpent qui atteint l’homme et le laisse périr. Ce phénomène est connu chez un genre de serpent qui, en enveloppant un homme de son regard, lui cause la mort inévitable. Cette situation est analogue à celle de l’être au mauvais oeil.

Une autre catégorie a dit  : certes Allâh a pris l’habitude de créer le dégât qu’Il désire lors de la rencontre entre le mauvais oeil et la personne qui en est atteinte, et cela sans que de son oeil n’émane ni une force, ni une cause, ni une influence. Telle est le dogme de ceux qui renient les causes et effets dans le monde. Ceux-là ont bloqué sur eux la porte des calamités, des effets et des causes. Et ils contredisent ainsi l’ensemble des gens de raison. Il n’y a pas de doute qu’Allâh - Subhânahu - a crée dans les corps et les âmes des forces et des caractères différents. Il n’est pas possible à la personne douée de raison de rejeter l’influence de âmes dans les corps. Et tu vois sûrement comment le visage se teint de rouge par pudeur ou timidité, et pâlir de peur. On a souvent observé des personnes tomber malades et s’affaiblir suite à un regard. Tout cela se produit grâce à l’influence des esprits qui sont étroitement liés à l’oeil. A partir de là, on attribue l’acte à cet oeil alors que ce n’est pas [l’acte] qui agit, mais ce qui est influent [dans cela], c’est l’esprit. Les esprits sont munis de caractéristiques, de forces, de conditions et de spécificités différentes. Et l’esprit de l’envieux est assurément nuisible. Et c’est la raison pour laquelle, Allâh Subhânahu - a ordonné à Son Prophète de se réfugier auprès de Lui contre le mal de l’envieux. [5]

Notes

[1Rapporté par Muslim

[2Rapporté dans « Charh as-Sounnah vol-13 p.123 » avec vérification de SHeikh ’Abdel-Qâdir al-Arna’oût

[3Hadîth qualifié de bon par SHeikh al-Albânî dans « Silsilat as-Sahîha » n°1249 et considéré comme faible par SHeikh ’Abdel-Qâdir al-Arna’oût dans la vérification de cet ouvrage de Ibn al-Qayyîm - voir : « vol-4 p.151-152 »

[4Hadîth condidéré comme authentique [Sahîh] par SHeikh al-Albânî dans « Sahîh at-Tirmidhî »

[5Zâd ul-Mi’âd fî hadî kheyr al-’Ibâd de Ibn al-Qayyîm, p.818-819

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2017©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.