Manhajulhaqq.com

Accueil > Leçon Bénéfique > Quiconque subvient aux besoins de deux filles...

Quiconque subvient aux besoins de deux filles...

Ibn Qayyîm al-Djawziyyah (rahimahullâh)

mercredi 1er octobre 2014, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Pas de licence spécifique (droits par défaut)

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Allâh - Ta’âla - dit : « A Allâh appartient la royauté des cieux et de la terre. Il crée ce qu’Il veut. Il fait don de filles à qui Il veut, et don de garçons à qui Il veut, ou bien Il donne à la fois garçons et filles ; et Il rend stérile qui Il veut. Il est certes Omniscient et Omnipotent. » [Coran, 42/49-50]

Il s’agit de ce qu’Allâh - Ta’âla - a mentionné en priorité dans ce verset, de ce que les gens de l’époque préislamique ne mentionnaient que par indifférence, c’est-à-dire les filles nouvellement nées, qui de coutume étaient enterrées vivantes. Ce qui est visé en cela, c’est que la mise en colère (des parents) à l’annonce de la naissance des filles appartient aux coutumes de l’époque préislamique et qu’Allâh - Ta’âla - a blâmés dans le Verset suivant : « Et lorsqu’on annonce à l’un d’eux une fille, son visage s’assombrit et une rage profonde [l’envahit]. Il se cache des gens, à cause du malheur qu’on lui a annoncé. Doit-il la garder malgré la honte ou l’enfouira-t-il dans la terre ? Combien est mauvais leur jugement ! » [1] Et : « Or, quand on annonce à l’un d’eux (la naissance) d’une semblable de ce qu’il attribue au Tout Miséricordieux, son visage s’assombrit d’un chagrin profond. » [2]

C’est dans ce sens qu’un jour, un interprète des songes a demandé à un homme qui venait de lui dire : « Je noircis. » L’interprète de dire : « Est-ce que tu as une femme enceinte ? » puis à l’homme de répondre : « Oui. » L’interprète dit : « Elle (ta femme) va t’enfanter une fille. » Il est rapporté dans le Sahîh Muslim, d’après un récit de Anas Ibn Mâlik, que le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa salam) a dit : « Quiconque subvient aux besoins de deux filles nouvellement nées jusqu’à leur maturité, se présentera au Jour Dernier en ma compagnie comme cela. Et le Prophète de joindre ses deux doigts. » De même, il est rapporté de Abder-Razq que ’Aîcha (radhiallâhu ’anha) a dit : « Un jour, une femme est entrée chez moi avec deux petites filles pour me demander une aumône. Mais elle n’a trouvé chez moi qu’une datte que je lui ai donnée. Alors, elle a pris le fruit, l’a partagé en deux et l’a distribué moitié moitié entre les deux filles, sans en manger aucune parcelle. Puis, à ce moment-là, juste à leur sortie, j’ai raconté leur récit devant le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa salam), qui venant d’entrer, dit : « Quiconque supporte un peu de charge envers ces deux filles, sous forme d’une aumône qu’il leur offre, elles lui seront un voile protecteur contre le feu. » [3]

Il aussi rapporté un hadîth, d’après Sa’îd al-Khoudrî (radhiallâhu ’anhu) que l’Envoyé d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa salam) a dit : « Celui qui, ayant trois filles ou trois soeurs ; ou deux filles ou deux soeurs, agit en bien en leur compagnie, fait preuve de force d’âme en les prenant à sa charge et craint Allâh en leur faveur, ne pourra qu’entrer au Paradis. » [4] ’Abdullâh Ibn Moubârak rapporte que l’Envoyé d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa salam) a dit : « Celui qui, ayant trois filles, les nourrit, les fait boire et les habille par toutes ses ressources, trouvera en elles un voile de protection contre le Feu. » [5] De même, Allâh - Ta’âla - dit à propos du droit des femmes : « Si vous avez de l’aversion envers elles durant la vie commune, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose où Allah a déposé un grand bien. » [6] Il en va de même des petites filles en qui le serviteur pourrait trouver du bien soit dans ce bas-monde soit l’au-delà. Il suffit dans la laideur de leur aversion qu’ils n’agréaient pas ce qu’Allâh leur a accordé. Par ailleurs, Sâlih Ibn Ahmad (Ibn Hanbal) raconte : D’habitude, chaque fois que mon père engendrait une fille, il disait : « Les Prophètes étaient des pères de filles. » Il ajoutait une fois devant des gens : « Certes, tu as pris acte de ce qu’il fut dit à propos des filles (dans le Coran et la Sounnah). » Aussi, Ya’coûb Ibn Bakhtân a dit : j’ai eu sept filles. Et à chaque fois que j’entrais chez Ahmad Ibn Hanbal pour l’informer de la naissance de chacune d’elles, il me disait : « Ô Abû Yûssûf ! Les Prophètes sont des pères de filles ! » Et moi, en l’écoutant, je me trouvais tout-à-fait débarrassé de mon inquiétude. [7]

Notes

[1Coran, 16/58-59

[2Coran, 43/17

[3Rapporté par al-Bukhârî et Muslim

[4Hadîth Hassan rapporté par al-Bukhârî dans Adab al-Moufrad, Ahmad et al-Bayhaqî. SHeikh al-Albânî dit que son texte est authentique.

[5Rapporté par al-Bukhârî dans Adab al-Moufrad, Ahmad et Ibn Mâdjah

[6Coran, 4/19

[7Touhfatu al-Mawdoûd bi-Ahkâm al-Mawloûd de Ibn al-Qayyîm, p.49-57

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2016©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.