Manhajulhaqq.com

Accueil > Fatwas > Le cas de l‘émigration non obligatoire

Le cas de l‘émigration non obligatoire

SHeikh Muhammad Ibn Sâlih al-‘Uthaymîn (rahimahullâh)

mercredi 12 octobre 2016, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Copyright

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Quelles sont les choses établies dans la religion et qui font que la pratique de celles-ci ne rend pas l’émigration obligatoire ?

Cela concerne la personne capable de prier, de jeûner, de donner l’aumône, et d’appliquer les actes d’adoration de manière générale, et pour lesquels elle ne subit pas d’opposition à ses pratiques.

De la même manière pour ce qui est du prêche à Allâh, lorsque cela ne lui est pas possible dans un pays musulman, il n’est pas obligatoire pour elle d’émigrer. Mais si elle est interdite de prêcher dans un pays non-musulman, il est dit qu’elle doit émigrer, car il n’y a pas de doute que le prêche fait partie des choses essentielles de l’établissement de la religion. [1]

Notes

[1Charh Kitâb il-Tawhîd min Sahîh il-Bukhârî du SHeikh Ibn ‘Uthaymîn, p.385

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2016©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.