Manhajulhaqq.com

Accueil > Jurisprudence > Invocation > Passer ses mains sur le visage après l’invocation ?

Passer ses mains sur le visage après l’invocation ?

Règles & fondements

samedi 20 septembre 2014, par Ismaïl Ibn Hâdî

Version imprimable de cet article Version imprimable | Enregistrer au format PDF | Copyright

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

D’après Ibn ’Oumar (radhiallâhu ’anhu) quand le prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) levait ses deux mains dès lors qu’il invoquait Allâh, et il ne les baissait pas tant qu’il n’avait pas essuyé son visage avec. Rapporté par at-Tirmidhî

Al-Hâfidh Ibn Hajar dit que ce hadîth est bon. Ibn Taymiyyah dit qu’il est faible. Un certains groupe de savants ont renforcé le hadîth, comme Ishâq, an-Nawawî dans l’une de ses paroles, Ibn Hajar, al-Manâwî, as-San’ânî, ach-Chawkânî et d’autres qu’eux [1]. SHeikh ’Abdel-’Azîz ar-Râdjihî (qu’Allâh le préserve) mentionne que ce hadîth a été considéré comme « bon » selon une autre variante, mais il ne fait pas partie des hadîths authentiques. Mais quand la personne essuie ses mains sur son visage après les invocations parfois, et parfois encore elle ne le fait pas, cela est meilleur [2].

Il n’y a pas de doute quant au fait de lever les mains pour les invocations, ce qui est une des raisons permettant l’acceptation des invocations. A ce sujet, SHeikh ’Abder-Râzq al-Badr rappelle les paroles de SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah (rahimahullâh) qui dit : « Il a été rapporté que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) levait les mains pour invoquer dans beaucoup de hadîths authentiques, mais pour ce qui est de passer les mains sur le visage après avoir invoqué, il n’y a sur cela que un ou deux hadîths qui le mentionnent, mais cela ne constitue pas une preuve en soi. » [3]

SHeikh Sâlih al-Fawzân dit « que ce qui semble le plus clair - dans les différents avis des savants sur ce hadîth et son authenticité - est que cette question est en réalité souple, on ne condamne pas celui qui passe ses mains sur le visage après l’invocation, comme on ne condamne pas celui qui ne le fait pas. Car cette question est en fait souple, et les louanges sont à Allâh. » [4]

Notes

[1Tawdhîh ul-Ahkâm min Bouloûgh al-Marâm du SHeikh ’Abdullâh al-Bassâm, 7/612

[2Al-Ifhâm fî Charh Bouloûgh al-Marâm de ’Abdel-’Azîz ar-Râdjihî, 2/532-533

[3Fiqh al-Ad’iyyah wal-Adhkâr de SHeikh ’Abder-Râzq al-Badr, 2/434

[4Tasshîl al-Ilmâm bi-fiqhi al-Ahâdîth min Bouloûgh il-Marâm du SHeikh Sâlih al-Fawzân, 6/329

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2016©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.