Le chemin des anciens pieux

Le chemin des anciens pieux

Accueil > Actualités > La peste et épidémie sous le regard de l’Islâm

La peste et épidémie sous le regard de l’Islâm

Avis des savants

mardi 21 avril 2020, par Ismaïl Ibn Hâdî

BismiLLeh Er-Rahmâni Er-Rahîm

La peste fait apparaitre des plaies sur le corps. Quant au terme « Wabâ », El-Khalîl et d’autres disent qu’il désigne la peste, tandis que d’autres soutiennent qu’il renvoie à toute épidémie. Ce qui est juste et affirmé par les autorités (scientifiques) est qu’il indique une maladie ravageuse qui se déclare dans une région en particulier et ne s’étend pas à une autre. Une maladie qui se distingue des autres par le grand nombre de ses victimes et par ses autres (manifestations). Une maladie dont les victimes éprouvent la même souffrance qu’ils ne connaissent pas en d’autres moments quand ils sont atteints de différentes autres maladies. Ces hadîths (sur la peste) interdisent l’entrée dans un pays où sévit la peste et la sortie du pays pour fuir la maladie. Toutefois, il n’y aucun inconvénient à sortir d’un tel territoire, en cas d’urgence. Les ulémas sont tous d’accord qu’il est permis de quitter un tel territoire pour aller travailler ou dans un dessin autre que la simple fuite. Les hadiths l’indiquent clairement. [1]

La peste est une épidémie dévastatrice - Puisse Allâh nous en préserver. Certains savants disent qu’elle représente une épidémie particulière et qu’elle se manifeste par des blessures et des plaies sur le corps humain qui mène la personne jusqu’à la mort. Il est dit encore que le terme désigne toute épidémie à rapide propagation comme le choléra etc. Cette explication est plus pertinente. Car si le terme ne s’applique pas littéralement à certaines pathologies, son champ sémantique n’exclue aucune épidémie à rapide propagation. Car il n’est permis ni de fréquenter le pays affecté, ni de le quitter quand on s’y trouve déjà en vue de fuir la maladie. Quant au fait de quitter le pays parce qu’on s’y était rendu pour un besoin qu’on a satisfait, il ne représente aucun inconvénient. [2]

Notes

[1Charh Sahîh Mouslim de l’imâm En-Nawawî, 181-183

[2Charh Riyâdh Es-Sâlihîn min Kalâm Sayd El-Moursalîn de SHeikh Ibn ’Uthaymîn, 6/569 / Charh El-Moumti’ du SHeikh Ibn ‘Uthaymîn, 11/110

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 - 2020 © MANHAJULHAQQ PUBLICATIONS • TOUT DROIT RÉSERVÉS