Le chemin des anciens pieux

Le chemin des anciens pieux

Accueil > Jurisprudence > « La nécessité lève les interdits. »

« La nécessité lève les interdits. »

SHeikh Mouhammad Ibn Sâlih El-‘Uthaymîn (rahimahouALLÂH)

samedi 30 mai 2020, par Ismaïl Ibn Hâdî

BismiLLehi Er-Rahmâni Er-Rahîm

Je souhaiterais l’explication de cette expression : « La nécessité lève les interdits. » ?

Le sens de cette expression est que la personne, lorsqu’elle est contrainte à faire une chose interdite pour parer à une nécessité, alors cette chose à la base interdite lui devient permise. Par exemple, si un homme se trouve affamé et qu’il n’y a en sa présence qu’une bête morte (maytah) à consommer pour se nourrir, s’il la mange il sera sauf, et s’il n’en mange pas, il mourra de faim. Dans ce cas précis, nous disons qu’il lui est autorisé de manger de cette bête morte, car il se trouve dans une situation de nécessité absolue. De même que s’il ne disposait que de la viande de porc et qu’il se trouve dans un tel état, alors nous lui dirions qu’il lui est permis d’en consommer. Car la nécessité absolue (Edh-dharoûrah) lève les interdits.

Quant aux médicaments, certaines personnes pensent que cette règle s’applique également aux médicaments, et qu’il est permis à la personne de se soigner par quelque chose d’illicite lorsqu’elle en est contrainte comme elles le prétendent, et ceci est une erreur. Car la prise de médicaments ne parera pas à la nécessité avec certitude, et parce qu’il est possible que la personne se passe de ces médicaments et qu’elle guérisse. Combien de personnes ont pris des médicaments utiles et cela n’a fait aucun effet et combien n’en ont pas pris et Allah leur a accordé la guérison sans traitement médicamenteux. [1]

Notes

[1Fatâwa Noûr ’ala Ed-Darb du SHeikh Ibn ‘Uthaymîn, 2/627-628

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 - 2020 © MANHAJULHAQQ PUBLICATIONS • TOUT DROIT RÉSERVÉS