Le chemin des anciens pieux

Accueil > Actualités > Lire la sourate « al-Fath » pour nos frères palestiniens ?

Lire la sourate « al-Fath » pour nos frères palestiniens ?

Entre innovation et Sounnah

mercredi 26 décembre 2012, par Ismaïl Ibn Hâdî

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Nous avons tous pu constater la déferlante de sms (texto) sur les téléphones portables, anonçant par ce biais de lire la sourate « al-Fath » dans la nuit pour secourir nos frères palestiniens, ou encore de jeûner tel ou tel jour en groupe pour invoquer pour eux et autres pratiques de la sorte, avec ordre de propager ce sms et une récompense pour celui qui le fait. Mais la plupart des personnes responsables de la propagation de ces sms ne se sont pas posées la question à savoir : « Y a-t-il un fondement à cette pratique ou pas ? »

Pour répondre à cette question, nous allons rappeler les quelques propos de notre SHeikh Sâlih al-Fawzân (qu’Allâh le préserve), qui a répondu ainsi à une question similaire où les gens s’envoyaient des sms via le téléphone portable pour la situation Koweitienne (de l’époque) où il fallait lire dans la nuit la sourate « al-Fîl » pour les secourir, ou jeûner tant de jours précis en groupe pour invoquer contre les ennemis et autres pratiques du genre. Sur ce point précis - de la récitation d’une sourate pour un peuple, ou contre des ennemis etc...SHeikh a réagit en disant que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) a dit : « Toute action qui n’est pas conforme avec ce que nous avons fait sera rejetée. » Et que de là, comme l’a rappelé SHeikh al-Albânî (rahimahullâh) sur ce hadîth : « cela constitue une des plus grande règle parmi les règles en Islâm. Cela est une parole du Prophète contenant un sens globale et qui est clair quant au fait de rejeter tout ce qui est caduque, innovation et choses nouvelles dans la religion. »

SHeikh Sâlih al-Fawzân précise que toute adoration est figée et sa preuve est renvoyée au Livre d’Allâh et à la Sounnah de Son Prophète. Et tout ce qui n’est pas tiré du Livre et de la Sounnah est rejeté sur son auteur. Le fait d’aller à la quantité d’actions dans l’adoration est la voie des Soufis. Et il n’est pas permis d’aller à la quantité et à la multiplication dans la récitation et les invocations en un moment précis (sans une preuve). SHeikh rappelle que tout le Qor’ân sans exception est une sécurité et réconfort pour qui le récite, comme Allâh - Ta’âla - le dit : « N’est-ce point par l’évocation d’Allâh que se tranquillisent les coeurs ? » [1] Et le fait d’affecter une sourate en particulier pour un bienfait sans que cela ne soit mentionné dans le livre d’Allâh et la Sounnah, fait partie des affaires innovées en religion. [2]

Notes

[1Coran, 13/28

[2Tiré de www.sahab.net

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 - 2019 © MANHAJULHAQQ.COM • TOUT DROIT RÉSERVÉS