Le chemin des anciens pieux

Accueil > Voie et Méthodologie > Recherche de la Science > Les voies des savants sont diverses

Les voies des savants sont diverses

SHeikh al-Islam Ibn Taymiyyah (rahimahullâh)

lundi 28 juillet 2014, par Ismaïl Ibn Hâdî

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Ibn Taymiyyah (rahimahullâh) a expliqué dans un traité l’importance des méthodologies, chemins spirituels et politiques des savants, des SHeikhs et émirs, qui poursuivent comme seul but le Visage d’Allâh - Ta’âla - et non les passions. Cela de telle sorte qu’ils s’en tiennent à la croyance et à la religion absolue à savoir : adorer Allâh Seul sans associé, et suivent de leur Seigneur ce qui a été descendu vers eux - le Livre et la Sounnah - autant que possible, après un effort d’interprétation complet. Et bien cela est pour eux - sous certains angles - l’équivalent des sentiers légiférés et méthodologiques des prophètes. Ils seront certes récompensés pour avoir recherché le Visage d’Allâh et l’avoir adoré Lui Seul sans associé, ce qui constitue la religion de base et absolue. De même que les prophètes seront récompensés pour L’avoir adoré Lui Seul sans associé.

Ils seront également récompensés pour avoir obéi à Allâh et à Son Messager, pour ce à quoi ils s’en sont tenus. Telle est la législation de Son Messager et sa méthodologie. De même, tout prophète sera récompensé pour avoir obéi à Allâh selon sa Législation et sa méthodologie. Les législations et méthodologies des savants, SHeikhs et émirs, sont de diverses dispositions. Les traditions prophétiques parviennent par exemple à l’un d’entre eux différemment de l’autre. Pour lui, certains versets du Qor’ân se commentent d’une manière dont la formulation diffère de celle d’un autre. Pour ce qui est de faire la composition entre les textes et de tirer d’eux des jugements, l’un procède selon un type d’accommodement et d’adaptation qui n’est pas celui adopté par un autre. Il en va pareillement pour leurs actes d’adoration et orientations : celui-ci s’en tient à tel verset ou tel hadîth, et celui-là à un autre. C’est le cas également pour ce qui est de la science. Il y a des savants qui cheminent en suivant la voie de tel savant, laquelle est donc aussi leur voie, jusqu’à ce qu’ils entendent les propos d’un autre et empruntent sa voie, et la première des voies qu’ils avaient jusque là préférée est alors abandonnée. Les dires les concernant - ajoute Ibn Taymiyyah (rahimahullâh) - et les actions remontant à eux, sont de diverses sortes de ce point de vue. Il leur avait pourtant été ordonné de faire commander la religion et de ne pas être divisés à son propos, de même que cela avait été ordonné aux messagers. Il leur avait par ailleurs été ordonné de ne pas diviser la communauté - celle-ci étant au contraire une seule communauté - comme cela avait été
ordonné aux messagers. Dans leur cas, l’ordre était même plus ferme du fait qu’une Législation unique et un Livre unique les rassemblaient.

S’agissant de la somme (de choses) au sujet desquelles les savants ont divergé, on ne dira pas qu’Allâh ordonna à chacun d’entre eux, intérieurement et extérieurement, de s’en tenir à ses positions comme Il ordonna aux prophètes de s’en tenir à leurs messages, même si ceux-ci sont les propos d’un groupe des gens de la rhétorique. Allâh, incontestablement, ordonna à chacun d’entre eux de rechercher la vérité dans la mesure du possible et de leurs capacités. S’ils l’atteignent, cela en sera ainsi. Sinon : « Allâh n’impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité. » - « Seigneur, ne nous châtie pas s’il nous arrive d’oublier ou de commettre une erreur. » Allâh a répondu (dans le hadîth) : « Je l’ai fait. » « Il ne vous sera pas tenu rigueur pour ce par quoi vous avez fauté. »

Celui qui reproche et blâme les savants pour une chose pour laquelle Allâh ne les blâmes pas, se comporte comme un ennemi. Qui veut, à l’opposé, faire de leurs paroles et de leurs actes l’équivalent de la parole et de l’action du Prophète préservé de toute erreur, et se fait leur auxiliaire en vue de leur triomphe, sans guidance venant d’Allâh, celui-là agit aussi comme un ennemi, et suit sa passion sans guidance venant d’Allâh. Celui qui fait ce qui lui est ordonné, en fonction de sa situation, qu’il s’agisse de l’effort d’interprétation qu’il est capable de mener ou du suivi d’un exemple (en une personne) - lorsqu’il n’est pas capable d’un effort d’interprétation et que dans son suivi, il emprunte le chemin de la justice - celui-ci agira de manière modérée. L’affaire en effet, a pour condition la capacité : « Allâh n’impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité. » [1]

Il incombe au Musulman, où qu’il soit, de soumettre son visage à Allâh en agissant avec excellence et de persister en une telle soumission. Soumettre son visage (à Allâh) consiste en la consécration à Allâh et rendre excellente sa belle action. Médite cela, car il s’agit d’un fondement absolu, utile et d’une grande importance. [2]

Notes

[1Coran, 2/286

[2Madjmu’ al-Fatâwa de Ibn Taymiyyah, 3/112

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 - 2018 © MANHAJULHAQQ.COM • TOUT DROIT RÉSERVÉS