Le chemin des anciens pieux

Accueil > Fatwas > L’émigration en Islâm à la lumière des gens de science

L’émigration en Islâm à la lumière des gens de science

Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’ilmiya wal-Iftâ

samedi 2 août 2003, par Ismaïl Ibn Hâdî

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Tout pays ou région pour qui les gouverneurs et ceux responsables des autorités fixent [leur jugement] aux limites émises par Allâh, et qu’ils gouvernent leurs peuples conformément à la Loi Islamique, et que les gens sont capables d’appliquer ce que l’Islâm leur a ordonné, alors ce pays est considéré comme terre d’Islâm. Et les Musulmans dans de telles terres doivent obéir à leurs souverains quant à ce qui est juste/bien et ils se doivent d’être sincères à leur égard, en les aidant [dans leur participation] pour ce qui est des affaires d’état, et ceci avec un soutient moral et pratique. Et ils devraient y vivre, et ne va pas vivre ailleurs, si ce n’est là ou le gouvernement est islamique et/où ils peuvent être meilleurs. C’est tel le cas de Médine après la « Hijrah » du Prophète (sallallâhu ’ alayhi wa sallam), quand l’état Islamique a été établi, et comme la Mecque après la Conquête, après que les Musulmans aient pris le pouvoir et que la Mecque est devenue « Dâr ul-Islâm » après qu’elle eût été « Dâr ul-harb », et il était à ce moment là obligatoire pour les Musulmans qui étaient capables de partir, d’émigrer.

Tout pays ou région pour qui les gouverneurs et ceux responsables des autorités ne fixent pas [leur jugement] aux limites émises par Allâh et ne gouvernent pas les gens sous leur responsabilité par les Lois Islamiques, et dans lequel les Musulmans ne sont pas capables d’établir les rituels Islamiques, est considéré comme terre de mécréance. C’est comme la Mecque avant la Conquête, à l’époque où celle-ci était « Dâr ul-kufr ». La même chose doit être appliquée à toute terre dans laquelle les gens appartiennent à la religion Islamique, et pour ceux qui sont sous une autorité gouvernementale qui jugent avec une loi autre que celle révélée par Allâh, et que les Musulmans ne sont pas capables d’établir leurs rituels Religieux. Ils se doivent d’émigrer de ces pays, en y fuyant afin que leur engagement religieux ne soit pas compromis, vers une terre qui est gouvernée par l’Islâm et où ils seront capables d’accomplir ce qui est instauré par la Loi Islamique. Quiconque est incapable d’y émigrer parmi les hommes, les femmes ou les enfants sera excusé, et les Musulmans des autres terres sont dans l’obligation de les sauver et de les amener des terres mécrantes vers des terres musulmanes.

Allâh - Ta’âla - dit :

« Ceux qui ont fait du tort à eux-mêmes, les Anges enlèveront leurs âmes en disant : « Où en étiez-vous ? » (à propos de votre religion) - "Nous étions impuissants sur terre", dirent-ils. Alors les Anges diront : "La terre d’Allâh n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer ?" Voilà bien ceux dont le refuge est l’Enfer. Et quelle mauvaise destination ! A l’exception des impuissants : hommes, femmes et enfants, incapables de se débrouiller, et qui ne trouvent aucune voie : A ceux-là, il se peut qu’Allâh donne le pardon. Allah est Clément et Pardonneur »  [1]

Et :

« Et qu’avez-vous à ne pas combattre dans le sentier d’Allah, et pour la cause des faibles : hommes, femmes et enfants qui disent : "Seigneur ! Fais-nous sortir de cette cité dont les gens sont injustes, et assigne-nous de Ta part un allié, et assigne-nous de Ta part un secoureur » [2]

Mais quiconque est en mesure d’établir ses rituels Islamiques dans sa famille et établir l’évidence contre les souverains et à l’égard des autorités, et peut par-là participer à leur réforme, en leur faisant prendre d’autres chemins [pour le bien], alors il lui est demandé de rester parmi eux, dans l’espoir qu’en restant parmi eux il peut être capable de transmettre le message et les réformer aussi longtemps qu’il est à l’abri de la tentation et de la discorde/desordre. [3]

L’immigration [al-Hijrah] qui s’inscrit dans le chemin d’Allâh est celle consistant à quitter la terre de polythéisme pour s’installer dans un pays musulman à l’instar du départ des musulmans de La Mecque pour se réfugier à Médine. Celle-ci était devenue une terre d’Islâm à la suite du serment d’allégeance prononcée par des émissaires de ses habitants qui lui demandèrent de se déplacer pour se fixer chez eux. L’immigration peut aussi consister à se déplacer d’un pays de polythéisme vers un autre pays où sévit un polythéisme moins mauvais, moins dangereux pour les musulmans. C’était le cas du départ de La Mecque de certains musulmans pour se réfugier en Abyssinie [Ethiopie]. [4]

Notes

[1Coran, 4/97-99

[2Coran, 4/75

[3Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 12/50-51

[4Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 12/50-51

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 - 2019 © MANHAJULHAQQ.COM • TOUT DROIT RÉSERVÉS