Le chemin des anciens pieux

Accueil > Science du Coran > Commentaire du Coran > Et quand on récite le Coran, prêtez-lui l’oreille attentivement

Et quand on récite le Coran, prêtez-lui l’oreille attentivement

Règles & fondements

vendredi 29 janvier 2016, par Ismaïl Ibn Hâdî

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Allâh – Ta’âla – dit : « Et quand on récite le Coran, prêtez-lui l’oreille attentivement et observez le silence, afin que vous obteniez la miséricorde (d’Allâh). » [1]

C’est un ordre général destiné à tous ceux qui entendent réciter le Livre d’Allâh, et à qui il est demandé d’écouter attentivement et de garder le silence. La différence entre écouter attentivement et garder le silence, est que garder le silence se traduit de manière apparente, par l’arrêt de toute discussion afin de se concentrer sur ce qui est écouté. Quant à la première expression, elle implique qu’on prête l’oreille et le cœur pour écouter et réfléchir sur ce qui est entendu. Quiconque pratique les deux à l’écoute de la récitation du Livre d’Allâh, recevra une récompense édifiante et une science importante, une foi conservée et permanente, une guidance sans cesse grandissante et une vision éclairée de la religion. Voilà pourquoi Allâh fait de ces deux choses le moyen d’acquisition de Sa Miséricorde. Ce qui indique que celui qui n’écoute pas quand on récite le Livre, et n’y accorde pas une attention particulière, sera privé de la Miséricorde et perdra beaucoup de bien.

Ce qui est particulièrement recommandé pour celui qui écoute réciter le Qor’ân, c’est d’écouter attentivement les récitations faites au cours des prières dans lesquelles l’imâm récite à haute voix. Là, il est demandé à celui qui prie derrière lui d’écouter consciencieusement. Certains savants vont même jusqu’à dire qu’il est préférable dans ce cas d’écouter la récitation au lieu de réciter soi-même la Fatiha ou autres sourates. [2]

C’est grâce à cette écoute qu’Allâh guide les fidèles adorateurs et améliore les affaires de leur vie présente et future. C’est pour cela que le Messager (sallallahu ‘alayhi wa salam) a été envoyé et un ordre donné aux Émigrés et Auxiliaires et à ceux qui les ont suivis avec excellence. C’est ce qui rassemblait les anciens pieux à l’instar des Compagnons du Messager d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa salam) qui, chaque fois qu’il se réunissaient, donnaient à l’un d’entre eux l’ordre de leur réciter le Qor’ân et l’écoutaient. ‘Omar Ibn al-Khattâb (radhiallâhu ‘anhu) disait à Abû Moûssa al-Ach’arî : « Rappelle-nous notre Seigneur ! Abû Moûssa se mettait à réciter le Qor’ân et ses compagnons l’écoutaient. » - « Ô Abû Moûssa ! J’ai écouté ta récitation du Qor’ân la veille. Tu as vraiment reçu une des flutes de David ! » Je lui dis : « Messager d’Allâh ! Si je savais que tu m’écoutais, j’aurais bien mieux récité. » D’après ‘Abdallâh Ibn Mass’oûd, l’Envoyé d’Allâh m’a dit : « Récite-moi du Qor’ân » – « Ô Prophète d’Allâh, comment puis-je te réciter le Qor’ân, alors que c’est à toi qu’il fut révélé ? » – « Je désire l’entendre d’un autre que moi », reprit le Prophète. Je me mis alors à réciter la sourate An-Nissâ’. Arrivé à ce verset : « Comment seront-ils quand Nous ferons venir de chaque communauté un témoin et que Nous te (Muhammad) ferons venir comme témoin contre ces gens-ci ? » [3] Je levais ma tête - ou un homme assis à mes côtés attira mon attention - et je vis les larmes du Prophète qui coulèrent. » [4] Sur cette écoute attentive, c’est ainsi que les meilleurs générations ont bénéficié des éloges du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) lorsqu’il dit : « Les meilleurs des gens sont ceux de ma génération, ensuite ceux qui les suivent et ceux encore qui suivent ces derniers. » [5]

C’est l’écoute prescrite dans la Législation d’Allâh à l’égard de ses adorateurs, et qui est le moyen d’acquisition de beaucoup de récompense et de bien, dans ce bas-monde et l’au-delà. [6]

Il est permis de réciter le Qor’ân à un autre que soi-même. Car il se peut que celui qui écoute le Qor’ân d’un autre, y apportera une compréhension plus profonde et une méditation plus accentuée que s’il le récitait pour lui-même. [7]

Notes

[1Coran, 7/204

[2Tayssir ul-Karîm al-Rahmân fî tafsîr Kallâm al-Manân du SHeikh Ibn Sa’dî, p.345

[3Coran, v.41

[4Rapporté par Muslim

[5Madjmou’ al-Fatâwa de Ibn Taymiyyah, 11/626-627

[6Fiqh al-Ad’iyyah wal-Adhkâr de SHeikh ’Abder-Râzq al-Badr, p.426

[7Fatâwa du SHeikh Muhammad Ibn ‘Abdullâh as-Soubeil, 1/372

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 - 2018 © MANHAJULHAQQ.COM • TOUT DROIT RÉSERVÉS