Le chemin des anciens pieux

Accueil > Tawhîd > Al-Hanîfiyah - La Religion dévouée sincère

Al-Hanîfiyah - La Religion dévouée sincère

L’excellence SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh (Qu’Allâh le préserve)

vendredi 31 octobre 2014, par Ismaïl Ibn Hâdî

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

La Hanîfiyah est la religion d’Ibrâhîm (‘alayhi as-Salam), et Allâh – Djalla wa ‘Ala – a accordé à Ibrâhîm d’être pure dans sa pratique. Ce qui veut dire d’être préservé de prendre la voie du polythéisme et d’y pencher, pour être prédisposé à la voie de l’Unicité d’Allâh [Tawhîd] sincère. La Hanîfiyah est la religion qui tend à annuler tout ce qui est caduc à l’égard de la vérité, et d’éloigner tout ce qui est vain pour la vérité. C’est la religion de notre père Ibrâhîm (‘alayhi as-Salam) comme Allâh – Djalla wa ‘Ala – dit : « Abraham n’était ni Juif ni Chrétien. Il était entièrement soumis à Allâh (Musulman) » [1] Et Allâh – Djalla wa ‘Ala – dit : « Abraham était un guide (Oumma) parfait. Il était soumis à Allâh, voué exclusivement à Lui et il n’était point du nombre des associateurs. Il était reconnaissant pour Ses bienfaits et Allâh l’avait élu et guidé vers un droit chemin. » [2]

La véritable religion d’Ibrâhîm est la véritable explication du sens qu’il n’y a d’autre divinité digne d’être adorée en dehors d’Allâh, comme Allâh – Djalla wa ‘Ala – le dit dans la sourate « L’ornement » : « Et lorsqu’Abraham dit à son père et à son peuple : "Je désavoue totalement ce que vous adorez, à l’exception de Celui qui m’a créé, car c’est Lui en vérité qui me guidera". »  [3] Cette parole est la parole qu’il n’y a d’autre divinité digne d’être adorée en dehors d’Allâh. Allâh dit : « Et lorsqu’Abraham dit à son père et à son peuple : "Je désavoue totalement ce que vous adorez, à l’exception de Celui qui m’a créé » Cette parole est le Tawhîd. « Je désavoue totalement ce que vous adorez » Ceci est la description de la négation, ou c’est la partie constituant la négation dans la parole du Tawhîd, c’est-à-dire, il n’y a d’autre divinité digne d’être adorée, qui a pour sens : « Je désavoue totalement ce que vous adorez » (en dehors d’Allâh) c’est-à-dire : « à l’exception de Celui qui m’a créé » « Et il en fit une parole qui devait se perpétuer parmi sa descendance » [4] Ce qui constitue le plus important commentaire de la parole du Tawhîd est justement ce verset lorsqu’il est dit : « Je désavoue totalement ce que vous adorez, à l’exception de Celui qui m’a créé » C’est pour cette raison que les Gens de science disent : certes la parole qu’il n’y a d’autre divinité digne d’être adorée en dehors d’Allâh comporte une négation, et une affirmation. La négation est le rejet de tout ce qui est adoré en dehors d’Allâh, et de tout ce qui pris comme adoration en dehors d’Allâh – Djalla wa ‘Ala. Toute adoration en dehors d’Allâh est caduque. L’affirmation consiste au fait de vouer l’adoration exclusive qu’à Allâh – Subhânahu. Ce qui veut dire, de purifier l’adoration véritable à Celui qui est digne d’être adoré, et qui est Allâh – Djalla wa ‘Ala.

Telle est la religion d’Ibrâhîm qui est la Hanîfiyah (religion pure), constituant l’ordre qu’Allâh – Djalla wa ‘Ala – a ordonné à ses Prophètes de suivre et dit : « Puis Nous t’avons révélé : Suis la religion d’Abraham qui était voué exclusivement à Allâh » [5] La religion d’Ibrâhîm est le Tawhîd. C’est ce que tu dois savoir, qu’assurément, l’adoration n’est pas acceptée si ce n’est avec le Tawhîd. À l’exemple de la purification pour la prière. Car le Tawhîd est la condition sinequanone de l’acceptation de l’adoration, qui veut dire : la sincérité. La purification est une condition de validité de la prière, et de la même manière, la prière n’est pas valable sans la purification au préalable. Pareillement, l’adoration n’est pas valable pour quiconque jusqu’à qu’il soit monothéiste. Même si la personne a la trace du prieur sur le front, qu’elle jeûne la journée, et prie la nuit, la condition de validité de cela est le fait qu’elle soit monothéiste sincère. Allâh – Djalla wa ‘Ala – dit : « En effet, il t’a été révélé, ainsi qu’à ceux qui t’ont précédé : "Si tu donnes des associés à Allah, ton œuvre sera certes vaine ; et tu seras très certainement du nombre des perdants. Tout au contraire, adore Allâh seul et sois du nombre des reconnaissants". » [6]

Allâh – Djalla wa ‘Ala – dit sur les mécréants : « Nous avons considéré l’œuvre qu’ils ont accomplie et Nous l’avons réduite en poussière éparpillée. » [7] Vouer une grande adoration, ou multiplier les adorations sans sincérité, n’est pas accepté. Tout comme la personne qui fera une grande prière, prolongera longuement sa posture debout, génuflexion et prosternation, et excellera dans sa prière, mais si elle y entre sans purification, cette prière sera nulle selon le consensus unanime des savants. Incontestablement, la purification est une condition de validité de la prière. Comme cela a été attesté dans le hadîth authentique que le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Allâh n’accepte la prière d’aucun d’entre vous s’il est en état d’impureté, jusqu’à ce qu’il fasse ses ablutions. » « Pas de prière si ce n’est en état de pureté. » Cela est une condition sur laquelle il y a un avis majoritaire des savants. Cette approximation à cette question très importante, est que la sincérité et le Tawhîd est la condition de validité de l’adoration. Cela bien plus que pour la pureté pour la validité de la prière, car le fait de prier en état d’impureté volontairement, est la cause d’une divergence entre les Gens de science, sur le fait que l’auteur de cet acte soit mécréant ou pas. Alors que celui qui adore Allâh en Lui associant une autre divinité, son adoration n’est pas acceptée et l’auteur de cet acte est mécréant selon l’avis majoritaire des savants, car il a commis un polythéisme majeur qui fait que ses actions ne sont pas acceptées. Sur la base de ces éléments, la personne doit craindre et se réjouir aussi. Elle doit craindre le polythéisme et craindre d’être parmi les associateurs, comme elle doit se réjouir du fait qu’Allâh – Djalla wa ‘Ala- lui a accordé d’être parmi les gens du Tawhîd. Pour cela, elle doit être reconnaissante à l’égard d’Allâh, préserver cette situation, craindre et se méfier d’être parmi les polythéistes ou de commettre une quelconque association à Allâh. Elle doit prendre garde à tout moment de commettre ou d’être parmi les associateurs dans son adoration, sa croyance ou ses paroles. Le polythéisme lorsqu’il est considéré comme majeur, annule les actions de son auteur. Et lorsque le polythéisme est mineur, il est plus grave que l’innovation et les péchés quels qu’ils soient ; c’est-à-dire, jusqu’à même le péché du sexe.

Il n’y a pas de doute sur le fait que la personne doit craindre avec espérance. Ce qui veut dire : la crainte satisfaite. La joie dans le Tawhîd et la crainte du polythéisme. [8]

Notes

[1Coran, 2/67

[2Coran, 16/120-121

[3Coran, 43/26-27

[4Coran, 43/28

[5Coran, 16/123

[6Coran, 39/65-66

[7Coran, 25/23

[8Chouroûhât du SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh, p.19-22

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 - 2019 © MANHAJULHAQQ.COM • TOUT DROIT RÉSERVÉS