Manhajulhaqq.com

 

La sincérité dans la recherche de la science consiste à ne vouer les choses que pour la Face d’Allâh - ’Azza wa Djal, et non au bénéfice d’un quelconque avantage ou bien de ce bas-monde. L’intention de base doit-être de vouloir lever en soi l’ignorance que l’on a des choses. On a posé la question à l’imâm Ahmad (rahimahullâh) en ces termes : « Qu’est-ce que la sincérité dans la science ? » Il répondit : « C’est d’avoir l’intention de lever l’ignorance qui est en toi. »

Le fait de prêcher pour Allâh – Djalla wa ‘Ala – n’est pas un acte ordinaire. Celui-ci constitue le meilleur des actes d’adoration, car l’ensemble des Gens de science considère que c’est le meilleur des actes d’adoration. Parmi ses bienfaits, il y a le fait que cela est considéré comme une lutte sur la Voie d’Allâh. Allâh – Ta’âla – dit : « N’obéis donc pas aux infidèles ; et avec ceci » c’est-à-dire le Qor’ân « lutte contre eux vigoureusement. » Le combat par le Qor’ân, c’est-à-dire prêcher pour Allâh avec le Qor’ân et la Sounnah, c’est ce qu’explique le Qor’ân. (SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh)

 

Nouveaux articles

  • Comprendre l’installation sur le Trône

    SHeikh al-Islam Ibn Taymiyyah (rahimahullâh)

    24 août, par Ismaïl Ibn Hâdî

    BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm
    Une personne pourrait s’imaginer qu’Allâh est installé sur le Trône par nécessité, à l’exemple de l’être humain qui s’installe sur une embarcation ou une monture. Si la barque coule, le passager coule aussi, et si la bête trébuche, le cavalier tombe à terre. Par analogie, cette personne pense que sans le Trône, Allâh tomberait. Pour écarter cette hypothèse, voilà qu’ils prétendent que cette installation ne constitue ni le fait de s’asseoir, ni le fait de s’appuyer (ou se (...)
  • Prier dans une église

    SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh (Qu’Allâh le préserve)

    22 août, par Ismaïl Ibn Hâdî

    BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm
    Est-il permis de prier dans les églises ?
    Les savants sur le sujet, comme SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah, ont émis trois avis : certains l’ont interdit de manière générale, d’autres l’ont permis mais avec un caractère blâmable, ce qui est l’avis le plus correct, et le troisième avis dit qu’il est permis de prier dans les églises mais sans la présence de croix, et sans la présence de représentation (...)
  • La signification de l’unicité d’Allâh

    Règles & fondements

    21 août, par Ismaïl Ibn Hâdî

    BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm
    Le terme Unicité est issu de la dérivation d’unité qui est le caractère de ce qui est « un », « unique ». Or, ceci ne s’est réalisé qu’à travers une double combinaison de négation et d’affirmation ; la négation de la qualification d’unicité pour quiconque d’autre que celui qui est qualifié de tel, et son affirmation pour lui. Car la négation absolue revient à dépouiller complètement la notion d’unicité de sorte à la nier alors que l’affirmation absolue n’empêche pas l’association de (...)
  • S’incliner ou se prosterner dans le but de saluer

    SHeikh al-Islam Ibn Taymiyyah (rahimahullâh)

    20 août, par Ismaïl Ibn Hâdî

    BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm
    Il est interdit de s’incliner en guise de salutation compte tenu du hadîth cité par at-Tirmidhî selon lequel le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) fut interrogé sur le cas de l’homme qui s’incline pour saluer son frère, et répondit par non. C’est parce qu’on ne s’incline et ne se prosterne que devant Allâh - ‘Azza wa Djal.
    Il est vrai que dans d’autres législations, ce geste était permis comme on le voit dans l’histoire de Youssoûf : « Et il (Youssoûf) éleva ses parents (...)
  • C’est Lui qui a créé pour vous tout ce qui est sur la terre

    Commentaire du Coran

    19 août, par Ismaïl Ibn Hâdî

    BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm
    Allâh – Ta’âla – dit : « C’est Lui qui a créé pour vous tout ce qui est sur la terre »
    Le principe de base est que tout ce qui a été créé par Allâh dans ce bas-monde est licite. Le fondement de jurisprudence en la matière est que tout est licite, sauf ce qui a été démontré comme prohibé. La preuve en est la Parole d’Allâh – Ta’âla : « C’est Lui qui a créé pour vous tout ce qui est sur la terre » Tout ce qu’il y a sur terre est pour nous, parmi les animaux, les arbres, les pierres et (...)
  • Et quand un malheur touche l’homme

    Commentaire du Coran

    15 août, par Ismaïl Ibn Hâdî

    BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm
    Allâh – Ta’âla – dit : « Et quand un malheur touche l’homme, il appelle son Seigneur en se tournant vers Lui. Puis quand Il lui accorde de Sa part un bienfait, il oublie la raison pour laquelle il faisait appel, et il assigne à Allâh des égaux, afin d’égarer (les gens) de Son chemin. Dis : « Jouis de ta mécréance un court moment. Tu fais partie des gens du Feu ». »
    Ainsi, Allâh – Ta’âla – explique dans Son Livre que les polythéistes combattus par le Prophète (sallallahu ‘alayhi (...)
  • Se réunir pour la lecture du Qor’ân

    SHeikh Sâlih Ibn Fawzân al-Fawzân (qu’Allâh le préserve)

    13 août, par Ismaïl Ibn Hâdî

    BismiLLehi ar-Rahmâni ar_Rahîm
    Le fait de se réunir pour la lecture du Qor’ân est un acte recommandé. Le récitateur, d’une belle voix, récite d’une belle récitation devant l’assise présente, à l’exemple de la récitation de Abû Moûssâ que le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) écoutait réciter, et dont il a fait l’éloge. Sur cette manière de faire, il n’y a pas de mal.
    Mais le fait de réunir les gens pour une récitation innovée sous forme rythmée, chantée ou de la manière à laquelle s’adonnent les innovateurs et (...)
  • Interroger plus d’un savant pour une même question

    SHeikh Muhammad Ibn Sâlih al-‘Uthaymîn (rahimahullâh)

    12 août, par Ismaïl Ibn Hâdî

    BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm
    Peut-on interroger plus d’un savant ? Quand les avis donnés divergent, doit-on en retenir le plus facile ou celui contient le plus de précautions ? Puisse Allâh vous récompenser par le bien.
    Quand on a interrogé un savant dont on juge l’avis sûr, on n’est pas autorisé à aller interroger un autre savant, car cela revient à jouer avec la religion d’Allâh et à se livrer à la recherche aux dispenses, en interrogeant untel puis un tel autre, si l’avis du premier ne nous convient (...)
  • La Sounnah et l’innovation (Bid’ah)

    SHeikh Muhammad Ibn Abdullâh as-Sabîll (rahimahullâh)

    10 août, par Ismaïl Ibn Hâdî

    BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm
    Il a été rapporté dans le hadîth que celui qui instaure une bonne tradition, aura sa récompense et la récompense de ceux qui ont œuvré jusqu’au Jour de la Résurrection. Mais comment sait-on si une œuvre est considérée comme une Sounnah ou si elle est une innovation ?
    L’œuvre est considérée comme une Sounnah quand celle-ci est basée sur la voie du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam), et la Sounnah est ce qu’a fait le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam), dit ou adhéré. (...)

0 | 9 | 18 | 27 | 36 | 45 | 54 | 63 | 72 | 81 | ... | 522


| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

2003 • 2016©Copyright - Manhajulhaqq.com | TOUS DROITS RÉSERVÉS

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.